Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

 

Nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir la richesse patrimoniale de notre territoire à travers de nombreux monuments et des paysages très variés 

 

 


En 1892, Michel Pacha propose de prendre en charge la construction de la façade, faisant appel à l'architecte Paul Page pour superviser les travaux.

Des orgues, dont un classé aux Monuments Historiques, y sont entreposées.

Lors des bombardements de 1944, les vitraux de l'édifice sont détruits. Mme Dominique Duran, maître verrier, réalise de nouveaux vitraux en 1966.


La plupart des éléments mobiliers de l'église sont protégés au titre des Monuments Historiques en 1990 et 1993. 

L'Eglise Notre-Dame de
Bon Voyage
⌊〉 
Chapelle construite en 1603, elle devient église succursale en 1614 puis église paroissiale en 1657.

Elle est rénovée à plusieurs reprises (1811, 1829, 1846, 1854).

 

Dans la nuit du 16 au 17 décembre 1793, les soldats français le récupèrent après de violents combats auxquels participe Napoléon Bonaparte, alors officier d'artillerie.

En 1811, Napoléon Bonaparte, devenu Empereur, se souvient sans doute de cet épisode, puisqu'il prévoit sur le sommet de la colline Caire la construction d'un fort militaire type “redoute modèle n°2.”.
Deux types de “redoutes modèles” sont conçus par le Comité des fortifications. L'autre “redoute modèle” est le fort Liedot (île d'Aix) du type n°1. 

Fort carré et bastionné, le fort Napoléon est entièrement casematé et possède une cour centrale.
Il est désarmé en 1973, et revient à la ville de La Seyne-sur-Mer qui procède à d'importants travaux
de restauration. 

Tél. 04 94 30 42 80

Le Fort Napoléon
⌊〉 
En 1793, sur la colline Caire, une redoute en terre et en bois appelée redoute Mulgrave, est construite par les Anglais pour renforcer la défense de Toulon, pourtant déjà considérable. Sous le régime de la Terreur, alors que France et Angleterre sont en guerre, Toulon s'est livrée aux anglo-espagnols qui comptent bien occuper ce grand port militaire pour renforcer leur suprématie en Méditerranée.





 


Sur la terrasse d'artillerie cerclée d'embrasures, les soldats peuvent tirer au fusil sur les assaillants proches de la tour.

Un projet de restructuration présenté en 1774 dote le fort d'une chapelle construite en 1776.

Les inventions techniques de la deuxième moitié du XIXe siècle (bateaux cuirassés propulsés par vapeur et dotés d'une nouvelle artillerie) rendent totalement inadapté le site qui ne peut accueillir les nouvelles pièces d'artillerie de gros calibre. Des batteries modernes sont alors construites en arrière sur les collines. Balaguier est déclassé en 1877. 

Entre les deux guerres mondiales, il sera occupé par des particuliers.


De nos jours, le fort de Balaguier, inscrit aux monuments historiques, appartient toujours à la Marine nationale et abrite depuis 1975 un musée municipal naval géré par la ville de La Seyne-sur-Mer. 

Tél. 04 94 94 84 72

 

Le Fort et le musée Balaguier

⌊〉 Construite entre 1634 et 1636, la tour de Balaguier est une tour défensive faisant face à la Tour Royale de Toulon.


Isolée sur un promontoire rocheux, le fort héberge en son sein les garnisons, les vivres et les munitions. 
 

 

 

 

La Tour est terminée en 1680. Le fort de l'Eguillette offre, à la fin du XVIIe siècle, une protection efficace au port de Toulon mais aussi aux rivages seynois.


L'appellation de l'Eguillette semble venir de la présence en ces lieux de points d'eau douce (aygade) où les navires viennent se ravitailler.

Contrairement aux constructions rondes des forts de Balaguier et de la tour Royale, la tour de l'Eguillette est carrée, flanquée de deux ailes obliques. 


Fort en batterie basse, à l'époque de la marine à voile, il est utilisé pour faire feu sur la coque des navires.

Le Fort de l'Eguillette

⌊〉 Le fort est construit entre 1674 et 1680 pour compléter la protection de la petite rade à l'époque où Toulon acquiert son rôle de premier plan comme port de guerre.


La construction de l'ouvrage débute en 1674, dans le contexte des préparatifs de la Guerre de Hollande.



 

Composé de grandes allées de palmiers et de jardins thématiques, il est le lieu parfait pour une promenade ou un pique-nique en famille. 

Les deux roues (sauf pour les enfants de moins de 8 ans) et les chiens sont interdits. 

Le parc de la Navale

⌊〉 Le parc de La Navale, c'est 5 hectares de verdure donnant sur la mer, établi sur le site des anciens chantiers navals. Ce parc, lieu de détentes accueille aussi des événements. Il se situe en centre-ville. 





 

 

La Porte des chantiers

⌊〉 Les ouvriers passaient sous cet arc de pierres blanches et de briques roses pour rejoindre leurs ateliers à l'époque de la construction navale.

Cette porte est l'un des derniers vestiges cette période avec le Pont des chantiers, et l'Atelier mécanique.






 

La Forêt de Janas/Massif du cap Sicié est interdite d'entrée en été.

La forêt de Janas

⌊〉 Située au Sud-Est du massif du Cap Sicié, la forêt de Janas et ses 391 ha est l'endroit parfait pour les sorties familiales, à l'ombre de sa végétation dense et variée.

Grâce à des visites organisées, ou par vos propres moyens, vous pouvez y découvrir les richesses de la flore et de la faune locales.




 

Son immensité (7,5 ha) et sa variété de plantes méditerranéennes font de lui un endroit unique
pour les balades familiales. 

Le parc Braudel/Les Sablettes
⌊〉 Aménagé en 1999, le parc Braudel est venu réhabiliter le front de mer de la plage des Sablettes, auparavant délaissé et traversé d'une route.

Il est aujourd'hui devenu un espace de loisirs en plein air et l'un des plus beaux parcs du Var. 




 

A l'époque de Michel Pacha, les touristes en villégiature étaient accueillis dans le Grand Hôtel et le casino de la station balnéaire des Sablettes.


Après l'occupation allemande durant la seconde guerre mondiale, la reconstruction de la station est confiée, en 1953, à l'architecte Fernand Pouillon qui imagine y établir un village traditionnel pour les pêcheurs et les résidents.


Le hameau des Sablettes est labellisé Patrimoine du XXème siècle depuis 2000.

La station balnéaire les Sablettes 
⌊〉 Dans ce quartier touristique au Sud de La Seyne-sur-Mer, il vous sera possible de profiter d'une vue  exceptionnelle sur les rochers des Deux Frères, d'une plage de sable fin et naturel, de restaurants ouverts toute l'année et de marchés nocturnes quotidiens en été.

 

 

 


Ce quartier résidentiel offre tous ses trésors aux visiteurs curieux d'en savoir plus sur son histoire.

Des visites y sont organisées par l'office du tourisme sur réservation.

La station Tamaris / Le Manteau

⌊〉 Dans un premier temps campagne agricole, elle est ensuite devenue station touristique hivernale grâce aux investissements de Michel Pacha. Ce dernier l'a d'ailleurs dotée de la majeure partie de son architecture orientaliste et de son patrimoine culturel. 


 

 

 



Ses feux croisent ceux de sa sœur de gauche, la batterie de Saint-Elme.


Après la libération, la Marine nationale transforme le site en école de D.C.A. (Défense Contre Aviation) en y installant les 4 canons allemands de 105 mm qui s'y trouvent encore aujourd'hui.


La batterie cesse d'être opérationnelle le 1er juin 1957. Le fort est désarmé en 1965.

 La batterie de Peyras 
⌊〉 La batterie de Peyras est construite en 1878-1879, époque marquée par des tensions franco-anglaise et franco-italienne en Méditerranée.


Elle a pour mission de battre l'espace compris entre l'isthme des Sablettes et la pleine mer aux environs des rochers des Deux Frères.

  Le Centre ancien provençal

 ⌊〉 Vous serez charmés en découvrant des maisons typiquement provençales - hautes, étroites, colorées, aux toits de génoise, dans des rues elles aussi étroites.

 Du mardi au dimanche, tous les matins, notre authentique marché provençal vous accueille sur le cours Louis Blanc :produits frais et locaux, couleurs vives et senteurs provençales garantis !