Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Créée il y a deux décennies pour compenser la faible présence des services publics auprès des habitants du quartier Berthe tout en permettant à d'autres Seynois et voisins de bénéficier de ces services et donc de changer de manière positive leur regard sur notre grand ensemble d'habitat social, la « Maison des services publics » (MSP) a dû fermer ses portes suite à un incendie criminel qui l'a sérieusement endommagée.

À l'heure où l'État a enfin accepté de faire de nos sites populaires des « quartiers de reconquête républicaine » pour y renforcer la sécurité, il est inimaginable que d'autres missions publiques, d'action sanitaire et sociale, d'insertion, de droit et de justice, désertent ce secteur de la ville. La MSP doit être remise en état et rouvrir ses portes dans les meilleurs délais.

C'est ce que j'ai écrit ce lundi aux personnels qui s'y investissent avec détermination et qui ne doivent pas baisser les bras. La Ville et l'office métropolitain seynois d'HLM sont à leurs côtés. Et l'État doit assurer la quiétude nécessaire à l'accomplissement de leurs missions.

  Mesdames, Messieurs,

Que vous soyez fonctionnaires territoriaux, personnels du groupement d'intérêts publics (GIP) “Maison des services publics” ou employés d'une autre institution, je tiens à vous renouveler le soutien total de la municipalité de La Seyne après l'épreuve difficile que vous avez subie avec l'incendie qui a gravement endommagé votre si important lieu de travail.

Comme vous le savez, nous étions avec nos équipes communales dans l'heure qui a suivi l'incendie pour sécuriser les lieux et prendre toutes les dispositions nécessaires.

Comme vous le savez, nous avons sollicité sans délai les personnels spécialisés de l'accompagnement des personnes victimes de traumatismes psychologiques pour permettre à ceux d'entre vous qui en avez ressenti le besoin “d'évacuer leur trop-plein” d'inquiétude, voire de souffrance. Nous pouvons ensemble remercier l'équipe de l'AVEF d'avoir, une fois de plus, répondu favorablement à notre sollicitation.

Comme vous le savez, j'ai moi-même consacré plusieurs heures à échanger avec ceux d'entre vous qui m'ont sollicité à cet effet.

Comme vous le savez, nous avons mis tout en œuvre sans attendre pour trouver des solutions de relocalisation des divers services qui accomplissent leurs missions à la "Maison des services publics" (MSP). Nous pouvons ensemble remercier tous ceux qui ont accepté de “se serrer un peu” pour que le service public que vous rendez avec efficience soit le moins affecté possible. C'est chose faite grâce à leur bienveillante compréhension et la vôtre.

Comme vous le savez, l'office métropolitain d'HLM “Terres du Sud Habitat” a enclenché aussitôt les opérations nécessaires à la réouverture de votre lieu de travail dans les meilleurs délais possible. La puissance publique que vous incarnez au plus près des habitants ne peut en effet souffrir d'être durablement éloignée.

Comme vous le savez, je me suis battu depuis deux ans, tout premier maire du département à en avoir pris l'initiative, pour que notre quartier Berthe (et notre centre ancien) bénéficie du dispositif de “quartier de reconquête républicaine” et, ce faisant, de renforts humains et logistiques pour la police nationale.
C'est enfin chose faite, au moins quant à la décision, et nous sommes dans l'attente desdits moyens afférents qui, je l'espère de tout cœur, joueront le rôle préventif que nous attendons d'eux pour que vous puissiez travailler dans la sérénité.

Comme vous le savez aussi, la “Maison des services publics” résulte d'une volonté de l'État exprimée à la fin des années 1990 à laquelle la Ville a alors répondu très favorablement, sous réserve que ledit État garantisse la durabilité de son soutien financier à votre belle et utile institution.
Mais vous connaissez comme moi la suite qui a été réservée à cet engagement au bout de quelques années. Elle est désormais cogérée, dans le cadre d'un GIP duquel font partie la commune, mais aussi d'autres institutions publiques, dont l'État lui-même.
Je me dois de rappeler que, alors même qu'il n'y a plus depuis deux ans de services communaux à proprement parler abrités au sein de votre structure, hormis la permanence de notre élue de quartier, la commune participe, à hauteur d'environ 90.000 euros annuels et par la mise à disposition de personnel à la maison de la justice et du droit, à la pérennité de votre établissement. La Ville estime normal de pouvoir apporter cette contribution volontaire malgré les difficultés que rencontrent toutes les collectivités.

C'est d'ailleurs bien la commune qui a été, malheureusement un peu seule parmi les membres institutionnels du GIP, à la manœuvre pour, ainsi que je l'ai détaillé plus haut, répondre à l'urgence générée par la situation navrante que vous vivez. Elle ne le regrette nullement. Mais le GIP est une institution publique partenariale dont, je le répète, l'État est le plus important des “coopérateurs”.

C'est pourquoi, ayant découvert par la presse locale une menace, semble-t-il exprimée par Madame votre directrice, de refuser de rouvrir la MSP si la police municipale n'y était pas présente, je m'autorise à vous inviter à plutôt solliciter l'État qui est le partenaire principal du GIP et dont une des missions régaliennes est précisément d'assurer la sécurité des biens et des personnes. Vous comprendrez que ni la commune, ni l'office métropolitain d'HLM, ne sauraient se substituer à lui pour des missions de sûreté. Je suis pour ma part tout à fait disposé à accompagner toute démarche que vous entreprendriez en ce sens.

Mon cabinet et la direction générale de la mairie demeurent bien évidemment à votre entière disposition pour toute question relative à ce terrible événement et aux solutions qui seront apportées pour la reprise ordinaire de vos activités.

Vous renouvelant mes encouragements pour la belle œuvre d'égalité républicaine que vous assurez, je vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de mes sentiments les meilleurs.