Comment est réparti le budget de la Ville

Dans le cadre de la transparence financière impulsée par le maire Marc Vuillemot, la Ville s'inscrit depuis 3 ans dans une démarche dite LOLF (Loi organique des Lois de finances) visant à présenter de manière claire l'usage des fonds publics.

budget2014-repartition

Baisse confirmée de la dette

Malgré les baisses des dotations globales de fonctionnement de l'Etat, la gestion rigoureuse des dépenses communales a permis un désendettement.
Nouveaux défis à venir : gérer la Commune avec 1,5 million de moins par an.

Encours

Le budget de la Ville a été voté la 23 avril dernier à l'occasion du troisième conseil municipal de la mandature.
Serré, il est le résultat d'une gestion rigoureuse des dépenses alliée à l'apurement de la dette.
L'évolution de l'encours de cette dernière est passée de 7,2 millions d'euros à 1,3 million d'euros par an.
La durée de désendettement est passée de 50 voire 200 ans en enlevant l'aide exceptionnelle du Conseil général à 16 ans en 2012.
Et le maire de rappeler : « Trois emprunts Dexia dits structurés ont été contractés en 2007.
Ces trois dernières années, nous avons réussi à renégocier ces formules pour obtenir un taux fixe ».
Avec un taux fixe, ces emprunts perdent de leur “toxicité” pour s'ajouter à la dette dite classique, à taux fixe.
Ceci dit, par mesure prudentielle, la Ville conserve tout de même une provision pour “risque de taux” de 1,2 million d'euros.

encours-tab

Objectif contraint :
1,5 million d'€ d'économie par an

Des efforts conjugués et constants de gestion rigoureuse alliés à cet apurement de la dette, ont permis de conserver un budget communal constant, qui doit malgré tout se concentrer sur les dépenses obligatoires. Car les objectifs d'économies d'échelle devront être d'autant plus élevés que la baisse de la Dotation globale de fonctionnement octroyée par l'Etat à toutes les villes, communes et collectivités de France continue, se confirme et sera encore affaiblie par la nouvelle Loi de finances.
Explications : la loi instaure une baisse d'1 à 1,5 million d'euros par an de la DGF et des compensations fiscales.
Conséquence : il va falloir faire quelque 5 millions d'économie dans les trois prochaines années.

De nouvelles recettes
L'exploitation du crématorium a déjà permis à la commune de compter sur 100 000 euros de recettes supplémentaires.
Elle pourra tabler sur 200 000€ chaque année. La grande plaisance, avec l'accueil de yachts de luxe à Porte-Marine a rapporté 430 000€ en 2013. Le Casino installé provisoirement aux Sablettes est déjà pourvoyeur de recettes substantielles avec la taxe communale de 10% sur le produit brut des jeux. Dès qu'il sera installé sur l'Esplanade Marine, la Ville pourra compter sur 5 % de plus. Autant dire un vrai trésor et une bouffée d'oxygène bienvenue dans les comptes communaux.

Taxes locales 2014 :
0,9 % de hausse prévue

A quoi est due cette augmentation ?

L'Etat dans la loi de Finances 2014 a fixé à 0,9% le taux de revalorisation des bases des impôts directs locaux, soit le niveau de l'inflation constatée sur l'année écoulée. A noter qu'auparavant, ce taux était calculé en lien avec le taux de l'inflation de l'année à venir. Ainsi pour les années 2012 et 2013 il s'élevait à 1,8%.
Malgré le recul des dotations d'Etat et la faible revalorisation des bases, la Commune à l'instar des autres collectivités territoriales (Conseil Général et Communauté d'Agglomération Toulon Provence Méditerranée) a décidé de geler toute augmentation et a donc voté le maintien des taux d'imposition des taxes directes locales. Sont concernées la taxe d'habitation, la taxe sur le foncier bâti et le non bâti.

Powered by emaze

 

Télécharger le pdf de présentation

logo_telecharger-_stage