MurLa municipalité rappelle qu'en vertu de l'article R418-3 du code de la route, « il est
interdit d'apposer des placards, papillons, affiches ou marquages sur les signaux
réglementaires et leurs supports ainsi que sur tous autres équipements intéressant la
circulation routière.

Cette interdiction s'applique également sur les plantations, les
trottoirs, les chaussées et d'une manière générale, sur tous les ouvrages situés dans
les emprises du domaine routier ou surplombant celui-ci ».
Cette infraction est passible d'une amende d'un montant de 1 500 euros et
toute récidive est punissable d'une nouvelle amende de 3 000 euros.

min_Goelette1Il n'y a de plus belles boiseries que celles qui brillent et qui craquent ! La grande table du bar/salle-à-manger est une merveille, lustrée au point de rendre jaloux n'importe quel miroir. Du teck veiné qui confère au lieu un côté « so british » surplombé d'imposantes poutres de bois cirées. Le tout agrémenté de luminaires en bronze, bien ordonné, poli. Ici, pas une trace de doigts ! Les coursives et les rampes sont immaculées, à tel point que l'on se demande, à l'instar de Marie, « Mais comment font-ils ? ». Probablement faut-il un soupçon d'amour pour son bateau et beaucoup « d'huile de coude » quotidienne pour entretenir un tel mastodonte. 14 marins bichonnent cette goélette qui a vogué sur la mer Baltique, l'Antarctique, du côté de l'Indonésie, de la Nouvelle-Zélande, affronté le Cap Horn et a connu une restauration complète en 1990. Une vingtaine de passagers peuvent s'offrir le luxe de voyager à son bord, mais attention, ici pas de croisière paresseuse. Chacun met la main à la pâte : nettoyage des parquets, quarts de jour et de nuit, sans oublier les 900 m² de voilure ! Ce trois-mâts se mérite et c'est ainsi que l'on peut apprécier sa force et le bien-être qu'il transpire. Ce qui n'a pas l'air d'embarrasser Benjamin 10 ans : « Quand je serai grand comme toi, confie-t-il à son père, je veux être marin...et sur un voilier ! ». Bon vent mon gars.

Découvrez les statistiques des visites de la goélette Oosterschelde

min_Goelette2min_Goelette3min_Goelette4min_Goelette5min_Goelette6

1min_goelette12min_goelette23min_goelette3min_cabinemin_carte

min_cordemin_enfantsmin_interieurmin_interieur02min_la_barre

 

min__Le_maire_et_les_prsidents_de_CILSamedi 13 mars à 11h, en salle du Conseil municipal, les Présidents des CIL (Comités d'intérêt Local) et Monsieur le Maire signeront la Charte de Qualité de Vie dans les Quartiers.

Cet instant solennel constitue un moment important de la vie de notre collectivité et conclut un long travail d’échanges entre les participants. Les CIL se trouvent à l’origine de cette proposition de charte. Son contenu a inspiré de nombreuses listes de candidats, lors des élections municipales, et ses idées principales ont été intégrées dans plusieurs programmes.

Cette charte a pour vocation de :

  • Veiller à la cohérence et à la maîtrise de l’expansion de l’urbanisation
  • Préserver et améliorer le cadre de vie des habitants et de leur environnement
  • Appréhender les conséquences des choix d’urbanisme sur l’environnement et les modes de vie
  • Garantir la mise en œuvre d’une démarche participative


Cette séance de signatures concrétise l’engagement de l’équipe municipale. Le contenu de ce document figurait dans le programme politique de la liste conduite par Marc Vuillemot.
Ce programme condamnait également la politique d’urbanisation conduite par l’ancienne équipe.

Cette démarche conforte la politique de concertation développée par la Ville. Elle fait partie intégrante de la démocratie locale, objectif prioritaire de  l’équipe municipale. Elle démontre dans ses actes sa volonté d'écoute pour conduire une politique d’urbanisme qui préserve les intérêts des habitants de La Seyne-sur-Mer.

Télécharger la charte

telecharger

min_pompier1Quatre sapeurs-pompiers de la caserne seynoise ont été reçus par Marc Vuillemot le 3 mars.

Après leur mission à Haïti, Philippe, David, Ken et Maxime avouent ne plus voir les choses tout à fait comme avant. Après le séisme qui a dévasté l'île, ils ont posé des congés et, se sont envolés pour Saint-Domingue le 16 février dernier avec l'association « Protection civile sans frontière ».

Après 14 heures de route pour rallier Port -au-Prince, l'objectif était réaliser un bloc opératoire de campagne. Mission accomplie non sans difficultés mais, grâce à la pugnacité des sapeurs seynois, 117 patients ont pu être opérés en 8 jours à peine. « On est repartis de là-bas avec le sentiment d'impuissance et d'abandon, car tout est par terre et tout est à faire.

De toute ma carrière, je n'ai jamais vu une telle désolation, on a assisté à des amputations sous les décombres, sans anesthésie, c'était la seule façon de sauver des vies. Les haïtiens sont dans la rue. Et pourtant, ils ne se plaignent pas. Aujourd'hui, on n'a qu'une envie : y retourner ».

min_pompier2min_pompier3

Vendredi 12 mars à partir de 17h30, sous la banderole de l'Hôtel de Ville, le collectif de défense de l'hôpital appelle les associations de La Seyne et les citoyens, à venir soutenir son action.

Le collectif souhaite être reçu en Préfecture, pour demander, en présence du préfet et des acteurs de la santé publique, le maintien de la maternité et de l'ensemble des services de l'hôpital de La Seyne. Une action similaire aura lieu chaque mois, tant que le collectif de défense et les citoyens seynois ne seront pas reçus en Préfecture.

Quelle offre de soins pour les administrés de l'Ouest-Var ?

Tel est le sujet du débat organisé vendredi 12 mars prochain à 18 heures, Salle Mozart à Toulon, à côté du Palais de justice. L'occasion d'aborder la suppression annoncée de la maternité de l'hôpital George Sand à l'horizon 2011, et la mobilisation pour s'y opposer.

CollectorminDécouvrez ce document 32 pages entièrement consacrées au Pont Levant - la belle histoire. Vous pouvez vous procurez ce collector auprès de la direction de la Communication.

min_Saragos1Le 28 novembre, le Saga Rose a effectué une dernière escale avant reconversion. Il fut construit à La Seyne en 1962.

Double hommage samedi 28 novembre, à la fois aux ouvriers des chantiers qui ont construit le SagaFjord (son nom originel) en 1965 et au navire lui-même dont la carrière s'achève, là où elle avait commencé : à La Seyne.

La réception à la porte des chantiers fut chargée d'émotion. Invités d'honneur, une centaine « d'anciens » des chantiers ayant participé à la construction du bâtiment a permis de rappeler des temps où la construction navale était le fleuron d'une ville, certes, mais aussi d'un pays. Dans son discours (tantôt en français, tantôt en anglais), Marc Vuillemot, maire de La Seyne a souligné l'ouvrage « Un si beau paquebot. Résultat du travail de milliers de d'hommes. Une fierté, d'avoir construit, dans des conditions souvent difficiles, un tel navire, d'une modernité et d'une performance rares ». Et d'ajouter : « (...) l'important de cette belle journée, ce sont les retrouvailles entre les anciens salariés des chantiers, vous tous, Messieurs, et ce navire, son armateur, Saga Shipping, son équipage, vous, Messieurs, ses officiers.
C'est vous les "stars" de la journée. Respect à vous tous ».

Cet hommage aux salariés a été également rendu par le Commandant du Saga Rose, David Warden Owen : « A vous qui avez construit il y a plus de 44 ans cette légende des mers qu'est le Sagafjord ». Et d'insister sur l'honneur qui lui est fait d'accompagner ce paquebot au terme d'une longue et fructueuse carrière, faite de tant de traversées autour du monde qu'il « décoiffe » même le célèbre Queen Elisabeth 2.

Quant à Lucien Conac vice président de l'Association de Maintien des Intérêts aux Anciens de la Navale de La Seyne (Amians), il a salué cette reconnaissance « unique dans les annales » et l'initiative des armateurs Saga Cruises.
La cérémonie s'est prolongée à bord du bateau avec un échange de cadeaux. Le commandant entouré de plusieurs officiers a remis au maire l'hélice de l'une des chaloupes du paquebot et un compas de navigation. Ces présents seront exposés au futur espace de mémoire de la construction navale à La Seyne. En retour, Marc Vuillemot a remis la médaille de la Ville et le drapeau aux armoiries de la Ville.

Lire le discours du Maire


- Quelques dates :

24 septembre 1962 : début de la construction du paquebot à la Seyne-sur-Mer par la Société des Forges de la Méditerranée, pour la Norwegian America Line.
19 juin 1963 : achèvement des travaux.
13 juin 1964 : mise à l'eau du navire.
1965 (mai – septembre) : essais en mer
18 septembre 1965 :  il est baptisé Sagafjord.
2 – 11 octobre 1965 : 1ère croisière entre Oslo et New-York.
1983 : acheté par Cunard Line. Poursuit ses croisières autour du monde.
1996 – 1997 : le Sagafjord passe sous pavillon d'un nouvel armateur, la Transocean Tours sous le nom de MS Gripsholm.
1997 : devient la propriété de Saga Shipping. Le bâtiment est rénové à la suite d'un incendie et change de nom. Le Saga Rose poursuit ses croisières de luxe.
2009 : Désarmement. Le navire ne respecte pas les nouvelles normes Solas applicables dès 2010. Devrait être transformé en hôtel flottant ou ferraillé.

- Détails techniques :
Longueur : 188 m
Jauge : 24 500 tonneaux
Passagers : 587
Equipage :  350
Pavillon : Bahamas

min_Saragos2min_Saragos3min_Saragos4